21/09/2015

Vent d'automne...

Il arrive toujours plus vite que prévu, alors qu'on espère que l'été se prolongera. Dans le Sud, encore un mois, voire deux, et vingt-cinq degrés. Dans le Nord, il fait déjà plus froid. Entre les ondées, se réchauffer. Et comment s'habiller ? Eternel dilemme de la rentrée. Chasser les sandales pour des chaussures et des chaussettes. Ne pas se voiler la face, il faut remettre un foulard. Avec l'étudiante, prendre le temps d'aller se rhabiller. Un grand chapeau, un petit chose. De livres faire provision, ça nous rappelle un départ en Avignon. Trois ans ! Déjà? J'y crois pas, faut recompter ! Faire le plein de spectacles et de concerts, à voir, à faire. Des réserves pour l'hiver. J'adore ces moments partagés à s'inventer de futures soirées. S'imposer des lectures, composer des divertissements intelligents.

Facile à Lîdje de faire la fête ! Tout est prétexte à boire de la bière et du péket. Mais pas toujours évident d'y trouver sa tasse de thé. Samedi, encore une fois, c'était la corrida sur la place. Mais que la Walifornia m'ennuie ! Elle ne me ressemble pas. Même à la télévision, même sur grand écran. Carbon a beau se décrire comme un papier calque à notre image, je n'y retrouve rien. Cet opéra urbain, qui hurle à mes oreilles, ne raconte rien qui me parle.

Non, mon arrière grand-père, valeureux liégeois, n'était pas mineur mais chef de gare ! L'autre était dentiste, et mes grands-parents négociants en thé et porcelaine fine. Ils avaient des amis, ingénieur, inventeur, navigateur. Ils voyageaient beaucoup, en Chine, en Angleterre, à Tilff, à Esneux à l'été, dans leur automobile et dans leur tête aussi. Mon oncle n'a jamais travaillé à la fabrique nationale de fusils de chasse qui tuent des gens. Ni à cockerill qui brûle le coke et les poumons, dans la machine à étincelles. Son fils, qui est aussi mon cousin, fut engagé pour fabriquer des télescopes qui observent les étoiles au centre spatial. Son amie est institutrice, mon amie est aide-familiale. Sa soeur est assureur, son fils est photographe. Ma petite cousine est infirmière, sa mère est artiste-peintre. Son copain est magasinier au rayon fruits et légumes. Son beau-frère est commercial et son beau-père conducteur au tec. Son père est serbo mais pas croate, et certainement pas italien. Il n'a pas été licencié du métal par mital, il a pris sa retraite de contremaître sans défaite.

En ratissant plus large, mon voisin est dératiseur, sa femme est architecte d'intérieur. Ma voisine est une ancienne costumière qui fait partie du décor, sa voisine est une ancienne secrétaire qui décore à l'envie et à l'envers. Leur voisine travaille à la cuisine et sert des boulets, son ami est parti et pas parfait. A l'étage, l'éditeur amateur de jazz poursuit ses recherches arrosées au pastis et la bête qui court dans la cour n'est pas un raton-laveur ! A chaque mois, à Liège, je vois de nouveaux entreprenants qui entreprennent autrement, et du carbone en molécules font du vivant, du médicament, des enchantements. Si les cons avaient des ailes, les voitures auraient trois roues... Wallandrie, qui sait rire, doit sortir de l'ère fossile ! 

IMG_2068.JPG

Photo avec du bleu...
et beaucoup trop de noir

(avec tchantchès mais qu'il est laid)

Message personnel : rendez-nous Puggy, comme on s'était bien amusé au concert l'an passé !

Les commentaires sont fermés.