10/01/2016

An Neuf (2+0+1+6)

Voilà qu'elle a commencé cette année, sans trop se faire remarquer autrement qu'en enterrant la précédente, qui fut chaude et violente. Bien sûr, elle a déjà fauché au passage quelques Michel, quelques musiciens, quelques comédiens, notre lot devenu quotidien. On la voudrait différente, et pourtant on sait bien que rien ne change vraiment. Que toutes les bonnes résolutions seront au diapason de nos illusions, le temps d'une chanson. L'occasion de se souhaiter un vent meilleur et des moments de bonheur à grappiller, ici ou là. S'évader sans laisser le temps s'échapper.

Brugge9.jpeg

Pour bien commencer, je vous mets du bleu de Bruges. Un bleu d'hiver qui ressemble au printemps du Nord. Un canal moins bas qu'il n'y paraît, dans une ville où j'avais régulièrement rendez-vous avec un imprimeur, qui était une imprimerie du temps où les rotatives tournaient encore. Une ville européenne qui forme des eurocrates que j'aurais voulu former à être moins crasses, plus humains, plus malins. J'ai dû sauter une étape...

Plus au Nord, je vous mets du bleu Rembrandt qui ressemble à un village de carte postale, et sans frontière, du temps de Schengen. Une époque où on circulait sans plus penser qu'on pouvait être arrêté en si bon chemin, en traversant seulement le jardin, sans imaginer qu'on pourrait couler dans un bras de mer infranchissable, ou même mourir sur le sable.   

sluiss.jpeg

IMGP4813.JPG

C'est là qu'on s'aperçoit qu'on a vieilli et l'appareil photo aussi ! Sur la plage, qui ressemble indifféremment à un tableau de Spillaert (Léon) ou de Van Rysselberghe (Théo), on se dit qu'il n'y a pas que la lumière qui nous joue des tours ! On réalise qu'on ne sera jamais Vincent, autant m'importe le vent. 

IMGP4794.JPG

IMGP4787.JPG

Revient alors l'envie de reprendre l'aquarelle qu'on a abandonnée, on sait désormais pourquoi ! Des photos tu feras, et autant qu'il t'en plaira tu rateras ! Ce fut un vrai plaisir de reprendre l'appareil en main, ce fut une vraie déception de voir la réalité déformée, ce fut un vrai crève-coeur de voir qu'il était vraiment cassé ! Je vous en mets quand même, quelques photos, très étonnantes, pour vous inviter à jouer,  pour apprendre à vous méfier des apparences. Et puis, ce bleu hallucinant, halluciné, qui n'a plus rien de commun avec rien. Parce qu'en 2016, tout peut vraiment arriver !

IMGP4738.JPG

IMGP4744.JPG

spider.jpg

IMGP4836.JPG

Photos garanties sans retouche aucune ! Mais moi, j'aime bien retoucher les mots pour leur donner du sens. Les détourner pour y découvrir une vérité. Sur la dernière photo, on peut lire au fronton de l'église, trois mots gravés. DEUS, un mot qui prend une place démesurée, quel que soit le prénom qu'on lui donne. Il va marquer cette année, et d'autres encore, au long de ce siècle, comme André l'aurait dit. REFUGIUM, un mot qui prend toute sa dimension quand il s'agit d'accueillir toute la misère du monde, et même qu'on n'aura pas fini d'en parler en 2016. NOSTRUM, enfin, un mot qui nous renvoie à ce que nous sommes, tous ensemble, et à notre bien commun, la Terre. Bien sûr, il faut pouvoir décrypter ce message caché ! Lire entre les lignes pour deviner l'avenir qui reste à inventer. Vous avez le champ libre pour être heureux comme vous l'entendez !

Un voeu pour 2016 ? Ce serait bien quand même d'avoir un appareil qui fasse de vraies photos pour vous écrire de vrais textes qui vous raconte de vraies histoires... A propos d'histoire, l'étudiante étudie pour son examen d'Histoire contemporaine. Et je vous assure, ce n'est pas marrant tous les jours. Vivement qu'elle se remette au japonais !  

 

Commentaires

J'aime bien ce dernier bleu, même s'il n'a pas existé réellement. Il crève l'écran (de mon ordi). Que Deus, qui est aussi une bière champagnisée, soit avec toi, et la Force avec l'étudiante, pour cette session et pour toute l'année 2016. Amen et bisous

Écrit par : Véro | 10/01/2016

Répondre à ce commentaire

Ce bleu qui vient dont on ne sait où (enfin si, il vient de Germanie) crève l'écran ! On l'appellerait Blue screen que ça ne m'étonnerait pas ;-)
Il paraît que sous windows, l'écran bleu de la mort signifie erreur fatale... et c'est peut-être bien la dernière photo que j'ai réussi à prendre en effet ! Bizarre comme c'est étrange.

Écrit par : Mirameuse | 10/01/2016

Certains ont vu en 2016 le mot Love, d'autres le mot Joie et toi tu vois le chiffre 9 ... Quelle imagination ;-)

Écrit par : Dan | 11/01/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.