28/06/2016

Bleuxit

Viser entre les gouttes, viser entre les goals, j'ai repris la route entre le pays Brabant et le pays Ardent. Ça me rappelle un déménagement, mouvementé, au premier jour de l'été, il y a deux ans déjà, comme le temps a passé ! Du Mondial à l'Euro, ce sont toujours les même dollars, les mêmes klaxons. Sauf que je les supporte de moins en moins. Déjà qu'au balcon, même fenêtres fermées, on ne peut résister à la furie des fous qui se mettent à hurler. Voilà qu'un certain, que j'affectionne d'une tendresse particulière, se met à les défendre ! Mais, mon grand chéri d'amour (je rigole), tu sais bien que ça me fait mal aux oreilles ! Elles sont grandes les oreilles-de-mireille (rime riche), certes, mais fragiles aussi ! Non, je ne supporte pas que les klaxons des cons m'empêchent de dormir la nuit. De même que ma fille, mes voisins, le bébé d'en face, le chien d'en haut, et même les oiseaux. Vos gueules, les mouettes !!!

Je ne les supporte pas les supporters, pas plus que les cloches à pas d'heure. Ma sensibilité heurtée même s'ils sont heureux. Et je maudis davantage encore les klaxons quand je suis au volant, au milieu du trafic. Hein, que, quoi, pourquoi ? Je risque de heurter un vélo ? J'ai frôlé un pare-choc ? Je roule à contre-sens? J'ai brûlé un feu ? J'ai franchi une ligne blanche ? Je sursaute à chaque fois et je risque l'accident à chaque instant. Non, mais ils sont tous tarés !!! Les Ritals du lundi, les Belgos du dimanche, qui suspendent même la circulation des bus ! "Tu imagines, j'ai dû rentrer à pied de la gare à minuit parce que le bus ne roulait plus", confie une rousse étudiante à son amie. Pourvu qu'elle ne soit pas Mayar en plus...

Car, avouons quand même, tout ça pour ça !?! Gagner un match de huitième de finale d'une coupe d'Europe, de football, qui n'est jamais qu'un sport parmi d'autres. On me répond —oui mon chéri c'est toi— que c'est formidable parce que les gens sont heureux et que je ne suis que rabat-joie. Manquerait plus que je sois abat-jour quand il se prend pour une lumière (je rigole) ! Que des gens soient pris de délire et d'euphorie à la vue d'un ballon, sur une pelouse verte ceinturée de publicités, a déjà de quoi surprendre. Qu'ils se croient obligés ensuite d'aller le crier sur tous les toits, alors qu'ils n'ont jamais fait que regarder la télé, n'a pas fini de m'étonner. Des gens heureux de rien ! C'est triste. Des gens heureux pour rien, c'est bien, me dit-il ! Décidément, nous ne serons jamais d'accord sur ce point.  Et pourtant, au fond, c'est la même passion pour l'humain. Mais pas la même chanson. 

Le malentendu vient de loin. On fait comme si. Tous les Rosbifs détestent les mangeurs de grenouilles. Tous les Spaghetti se moquent des Tortillas, les grands-Buveurs-de-bière détestent les petits-Buveurs-de-bière, les dépeceurs-de-baleine écrasent les buveurs-d'eau-chaude ! Fameuse douche froide. Tous les nationalistes en herbe se réjouissent. Chacun sa pelouse, maître du jeu sur son terrain. Finalement, ce qui me hérisse le poil dans cette compétition sportive (tu crois encore que c'est un sport, mon chéri ?), ce sont les couleurs, les hymnes, les clans et les pays qui s'affrontent. Non, je n'aime pas les nations, ni les nationalistes, ni les footbalistes. Tout ce qui nous fait oublier que nous sommes sur le même bateau, sur la même planète en péril. Et qu'Unis on vaut mieux que les Etats. 

Yoko2-2406.jpeg
Quand je désespère de l'humanité,
je relis Yoko Tsuno !

Commentaires

Bien d'accord avec toi, ces remontées de nationalisme et de drapeaux pour cause de football, d'économie et de soi-disant culture locale ou fierté nationale, ça devient franchement écoeurant ! Sinon, pour les klaxons, les villes piétonnes c'est bien évidemment.

Écrit par : Véro | 28/06/2016

Répondre à ce commentaire

"Donnez leur du pain et des jeux ..." Je suis écoeurée de tout ce fatras. Non, je ne regarde pas ce spectacle via la petite lucarne ou sur les gradins. Ouf, mon quartier est plutôt bien épargné concernant les klaxons ;-)

Écrit par : Dan | 29/06/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.