12/03/2017

Bleù de Mars

Té, le mois de février est passé ! Le voilà enfin, le Sud, le bleu, le printemps, déjà ? En cette journée martienne, qu'on dit huitième, déjeuner entre femmes en terrasse au soleil du Midi à midi. Elle est pas belle la vie comme elle vient ? Surprendre et organiser, se laisser porter.  Nous fûmes à Nîmes, la ville avé un accent !

platanimes.jpeg

Promesse de platanes

Bien sûr, les platanes sont nus mais on voit bien le bleu qui pointe ! Et aussi les fleurs au jardin, jacinthes et narcisses. Et les iris violettes, fatiguées déjà au Frigolet que voilà, dans la montagnette qui respire  la garrigue. Puisqu'on vous le dit, le printemps ici commence avant l'heure, les oiseaux chantent, les chameaux blatèrent. En tous cas, celui des rotondes, en forme olympique dans le cirque du même nom. Le désert avance, la faute au réchauffement climatique.  

IMG_1322.JPG

Très beau spécimen de dromadaire,
avec chameau associé

Tout semble un peu décalé, cette année. Le trajet à moitié, le train à l'étage, sans tablette, sans électricité. Obtenir du contrôleur-accompagnateur-en-chef, une place particulière, un statut à part entière qui ne soit pas en première. Tout n'est jamais tout à fait pareil. Après, les choses rentrent à peu près dans l'ordre. Mistral chasse le gris et les velléités de pluie, Miréio retrouve son chapeau, ses lunettes solaires, sa jupe légère. Et même le temps de vous envoyer du bleu bien bleu, du vrai bleu. Celui-là est gardois.

DSC_3334.jpg

Ce n'est pas Tunis, bien qu'on y fasse beaucoup de poteries...

Le temps de retrouver les rues d'Avignoùn, avec des pavés-mal-aux-pieds qu'on appelle calades, des travaux pour l'arrivée du tram, des maisons en ravalement, des reconstructions de bon aloi, des enseignes fermées jusqu'à l'été, des nouveautés déclinées. J'aime toujours autant me balader le nez en l'air, humer cette atmosphère particulière. Promettre du fromage de chèvre des Alpilles, dont la boulangère me dit le plus grand bien, à l'épicier-bio-cyclo qui fut mon voisin, il y a quatre ans déjà ! Faire du circuit-court toujours, ça paraît si facile ici ! Quand je fais le tour des commerces et des papotes, les gens sont causants, superficiels mais attachants. Caresser quelques chats qui partiront bientôt. Mes racines ici sont ténues mais plus solides que dans la cité ardente. 

IMG_1307.JPG

pots.jpeg

IMG_1306.JPG

Pots en Bonneterie

Des jardinières accrochées, c'est tout moi çà ! La bonne idée que voilà ! Animation de quartier, jeunes impliqués, décors en pots, chacun peut s'amuser. Les nuits debout ont essaimé, ici comme partout, se réapproprier l'espace public. On voit bien que le printemps est dans les coeurs, surtout sur la deuxième photo. Regardez mieux, aucune marine mais un phi qui ne trompe pas. On le voit de-ci de-là, plus souvent qu'on ne croit et ce n'est pas une croix. C'est un signe de ralliement, l'espoir de tout autre chose, les gens !  C'est la France insoumise qui se réveille, comme une eau qui sourd... En-dessous coulent les sorgues.

IMG_1330.JPG

Sous un pont d'Avignon... un coin de bleu

Je vous mets cette image-là parce que reporter je suis encore à mes heures perdues. Je me souviens que d'écrire c'est dire et décrire. Et que le Sud n'est pas aussi pourri qu'on veut bien le décrier et que France n'est pas que celle qui passe à la télé. Elle est bien plus mitigée, exaltée, révoltée, désabusée aussi mais prête à résister. Le trocadéro, c'est la tête à toto de la manif pour tous qu'on appelle grande manipulation.  Ce ne sont pas cinquante mille qui vont faire la loi, ni interdire le droit à l'avortement, ni revenir sur les mariages gay. Attention les gens, faudrait pas qu'on vous prennent pour des canards sauvages ! C'était ma page militante ;-)

 

Bleù de Berre

Les idées préconçues ont la vie dure. Ainsi, j'ai trouvé charmant l'étang de Berre qu'on dit pollué et mal famé. A Sant Chamas, un oppidum gaulois et un pont flavien ; à Istre, un conservatoire de musique digne d'une métropole. Et puis, un port lové dans une anse, comme une calanque, où on fait la fête aux oursins. Il y a du vin, des enfants bruyants, des chansons populaires, des airs à farandole, des militants écologistes, des pétanquistes qui ne sont pas tous pétainistes. Il y a le vent du Sud qui ramène des flonflons à la française, des taggadas à la fraise. Et ce passage-là était vraiment bien !

DSC_3339.jpg

Il y a des grillages mais c'est comme pour les chameaux,
on n'est jamais trop prudent !

lesgens.jpg

Dans le fond, on entend bien la musique...

DSC_3337.jpg

En regardant loin, en regardant mieux, on la voit bien... la montagne qu'on appelle victoire !

victoire-copie.jpeg

Tiens, vous l'apercevez ?
Là j'ai zoomé au-dessus du champ d'oliviers... mais le bleu n'est plus pareil

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les commentaires sont fermés.