05/05/2017

Bleu de mai

Au premier mai, il y a des travailleurs, des odeurs qu'on appelle parfums, des relents de printemps. Des roses qui embaument au jardin, du muguet qu'on offre au matin, des fraises qu'on déguste à la main. Il y a une légèreté qu'on voudrait décliner. Une indolence à rêvasser. Au milieu du Rhône, sur l'île de la Barthelasse se promener, croiser des gens. J'adore ça ! Des gens tous différents, très mélangés. Pas seulement des enfants, avec leurs parents. Pas seulement des grands-parents. Pas seulement de jeunes amoureux, pas seulement de vieux amants. Pas seulement des femmes voilées, des filles dénudées, des gars torse-nus, des gaillards tout barbus. Pas seulement des pêcheurs du dimanche, des mémés emperlées, des dragueurs patentés. Pas seulement des familles, aussi des amis, parfois des voisins. Des gens même qui viennent de loin, de l'autre rive du fleuve, de l'autre rive de la Méditerranée, des étrangers qui parlent une langue étrange, des gens avec plein d'accents chantants. Il y a des ballons, des trottinettes, des poussettes, des vélos, des glaces, des cannettes, des cannes, des canetons et des canards. Douce France, celle que j'aime ! Il se dit qu'elle passera. Elle ne passera pas, je te le dis moi, té ! 

 

— Interlude sans raison —

 

dolcevita.jpg

La dolce vita que voilà !

Commentaires

Les images ne passent pas, mais moi j'ai retrouvé le blog ;-)

Écrit par : Dan | 08/05/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.