15/07/2017

Bleu Festival

Cette année, cet été, les plus avisés le savent, je n'y suis pas ! Non pas que l'envie m'en manque mais plus certainement que les circonstances m'entravent. D'ailleurs, il fait (presque) aussi chaud au Nord qu'au Sud, Mistral en moins. Et puis, le théâtre, c'est tous les jours, en représentation gratuite, dans la grande Cour. En direct à ma fenêtre, entr'ouverte, je ne perds rien des dialogues, des entrées inopinées et des sorties intempestives. Le chien aboie, l'autre lui répond, sa maîtresse la tête dans les pétunias, l'autre allongée sur son transat, les pieds sous la glycine. C'est Liège-on-the-beach, barbecue en soirée, dîner arrosé en terrasse. Quand l'un descend, l'autre se désole, le chat s'est enfui. Il est passé par ici, il repassera par-là. Le facteur sonne toujours deux fois. Un colis pour la voisine, les poubelles à la cave, les bouteilles qui roulent, les livres à partager, le vélo qu'on va se prêter. Les bons échanges font les bons voisins. Tu n'aurais pas un oeuf ? Voilà un kilo d'aubergines, à farcir. Même pas peur, je vous ai fait des cutes peures. Bon appétit !

laplage140717.jpg

Liège-la-Plage-au-quatorze-juillet

La promiscuité, il faut s'y habituer. Ce sont des fragments de vie, avec beaucoup de planchers qui grincent. Ce sont des murs qui tremblent, des luminaires qui vibrent, rarement des cris, parfois des éclats de voix, des rires en cascade, et puis des commérages. Le voisinage, c'est je vis ici et toi aussi. Claque la porte. On ne s'y habitue pas. Parfois, la nuit est trop courte. Les amoureux enflammés, les soiffards trop bavards. Le carillon déjà ? Il est huit heures ! Claque la porte. Le voisin est parti. Les cloches sonnent l'heure, la demie, et désormais invitent à la messe. Claque la porte. La voisine est revenue du lavoir. Elle croise l'autre qui part avec sa valise à roulettes, non ce n'est pas moi cette fois. Claque la porte. Le chien aboie, Labelle tais-toi, crie le maître. Silence les basses ! Claque la porte. Je ne m'en lasse pas... 

Pourquoi se priver d'une telle animation ? Les deux se retrouvent sur le banc, au milieu de la place.  Confessionnal entre hommes. Dans la cour, on entend tout, et les femmes ne s'en privent pas. Les deux se retrouvent au café, au coin de la rue. Un peu de privauté, des histoires à se raconter entre nanas, qu'on partagera une autre fois. Le chien attend. Le chat patiente. Il guette les araignées dans le bambou... Après, on pourrait aussi écrire le scénario. Et même un roman, façon hérisson. Ou un spectacle en soixante-quinze minutes, façon Avignon. Mais quel intérêt, en vérité ?

ruellemdp.jpeg

Cette sympathique ruelle devient
sinistre quand on la parcourt...

Parfois, il faut se contenter du décor !

 

19:43 Publié dans théâtre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.