17/08/2017

Bleu orage

C'est un ciel orange avant l'orage. Une lumière venue d'ailleurs. Un changement de planète. Une pollution qui ne dirait pas son nom. Une menace extraterrestre. L'heure où tout pourrait basculer. Ca ne va pas durer. Il est 21h à l'horloge du clocher. Il est minuit par ici, il est tonze heures par là. La photo est trop pâle. Les couleurs trop métalliques. Non, ce n'est pas ça. Le ciel était orange, les fenêtres étaient orange, la cour était orange, la place était orange. Orange est-ce une couleur, un fruit, une ville ou seulement un songe?   

cielorange.jpeg

Pourquoi cette inversion des codes ? Une spirale du temps. C'est Nimitz, le retour ! La cabine du bon docteur whooo qui délire. 1Q84 réécrit. Une morsure du serpent maya. Une courbe spatio-temporelle. Le téléphone sonne. Il n'est pas huit heures, c'est l'heure de la traite, une erreur certainement. Et c'est là, monsieur le juge, que tout a basculé. 

Ma fille a décidé de partir au Japon. Kim a décidé d'attaquer. Donald a menacé de répliquer. Des oeufs pourris se sont lancés à la tête. Crâne-d'oeuf premier est intervenu pour calmer le jeu. Et moi, j'étais là. Comme un observateur en pleine neutralité, à quoi penser ? Je ne ponds plus depuis que le fipronil m'a pris tous mes enfants. D'interview en discours, j'ai coupé le son. Je suis partie promener sur la rambla di lîdje, drôle d'idée...

feu1608.jpg

En bord de Meuse, j'ai vu ça. Et là, mon coeur a fait boum. Un feu d'artifice du 15 août, tiré le 16, parce qu'en république, chacun fait ce qu'il lui plait ! A midi, j'avais pris la navette, pour changer. J'aurais pu chavirer. En soirée, goûter le vin de groseilles avec des Lorrains bien arrosés. J'ai dégusté. Au matin, mal réveillée, découvrir un écran clignotant comme un philtre puissant. J'ai déliré. Sur le réseau virtuel, big data se moque de moi. Mon pire ennemi me demande en ami. Faudrait que j'arrête le café. Je sens que tout va recommencer, comme avant, comme jamais. Le voisin qui revient, une maison improbable, des dettes, un projet, deux projets. De l'espoir, des espoirs. Raccrochez, il n'y a pas d'abonné au numéro que vous avez demandé... il n'y a pas d'abonné... il n'y a plus d'abonné... il n'y a plus... il nia... il nia... il a plu ! Que la fête commence, que l'orage éclate! 

23:08 Publié dans Evasion | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Chouette surprise, le feu d'artifice :-)

Écrit par : Dan | 18/08/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.