21/08/2016

En remontant vers le Nord

Poursuivant ma lancée, je suis remontée bien plus au Nord encore ! Dépassant Commercy-les-Madeleines et Pont-à-Mousson-en-Chanson, longeant, descendant, croisant puis quittant la Meuse, jusque sous la mer. -10m indique le compteur qui mesure la hauteur des hauteurs traversées. Nous voilà au pays plus plat que plat, à perte de vue, avec du bleu bien bleu et du vert délavé pissant vers le jaune. Lever aux aurores pour une entrée au musée, dans le top cinq des médaillés de la première heure.

Vincent s'est fait beau pour Miréio ! Il a même peint la plage tourmentée, au bout du bout de la  Camargue. Le peintre se mérite et s'apprécie au calme, avant l'envahissement. Il a peint les Iris, il a peint le Japon, il a décrit son influence. Il a écrit le bleu, le jaune, avec une pointe d'orange. C'était avant l'Orage-sur-Oise, pendant l'enfermement à Saint-Rémy. Là où nous étions, l'autre Midi. Il me semble qu'il faisait chaud pareillement, et que fada on devient facilement.   

Bizarrement, le musée se trouve dans une ville du Nord, où jamais il ne vécut. En terrain neutre, l'histoire n'est pas hantée, les briques restent muettes. Mais que la ville est belle ! Et verte, et propre, et libre. Il y avait longtemps que je n'avais plus vu autant de canaux, ni autant de vélos. Des vélos sur les ponts des canaux, des bateaux sous les ponts, des maisons au bord des canaux, des maisons-bateaux sur les canaux avec des vélos,...

1400-visit-to-amsterdam-canals.imgcache.rev1438021140520.web.jpg

[Image de promotion touristique]

Bref, nous étions, on y était, nous y fûmes. Même que ça fume pas mal ! Je ne pourrais pas vivre ici, conclut l'étudiante, incommodée, aucunement prête à y suivre aucun masterasmus. Perso, je m'y verrais bien, sans la pluie, sans raison et sans façon. Admirer les façades d'Amsterdam. 

Retour à Liège, les yeux à terre pour ne pas buter sur les pavés. La batte et la brocante, des personnages à croquer, des dialogues à filmer, des histoires à raconter. Retrouver l'inspiration. Qui va peindre le premier, qui sortira son stylo, qui dégainera la caméra ? Seule l'étudiante s'applique, elle dessine des kanjis, elle dessine des kanjis, elle dessine des kanjis. C'est un début prometteur.

museum.jpg

Invitation au musée !

portamster.jpg

Dans le port d'Amsterdam...

saintvincent.jpg

La mer aux Saintes-Maries-de-la-mer

dartifice2.jpg

Feu en bord de Meuse

Nuitétoilée-Vincent-van-Gogh.jpg

Nuit étoilée sur le Rhône

10/01/2016

An Neuf (2+0+1+6)

Voilà qu'elle a commencé cette année, sans trop se faire remarquer autrement qu'en enterrant la précédente, qui fut chaude et violente. Bien sûr, elle a déjà fauché au passage quelques Michel, quelques musiciens, quelques comédiens, notre lot devenu quotidien. On la voudrait différente, et pourtant on sait bien que rien ne change vraiment. Que toutes les bonnes résolutions seront au diapason de nos illusions, le temps d'une chanson. L'occasion de se souhaiter un vent meilleur et des moments de bonheur à grappiller, ici ou là. S'évader sans laisser le temps s'échapper.

Brugge9.jpeg

Pour bien commencer, je vous mets du bleu de Bruges. Un bleu d'hiver qui ressemble au printemps du Nord. Un canal moins bas qu'il n'y paraît, dans une ville où j'avais régulièrement rendez-vous avec un imprimeur, qui était une imprimerie du temps où les rotatives tournaient encore. Une ville européenne qui forme des eurocrates que j'aurais voulu former à être moins crasses, plus humains, plus malins. J'ai dû sauter une étape...

Plus au Nord, je vous mets du bleu Rembrandt qui ressemble à un village de carte postale, et sans frontière, du temps de Schengen. Une époque où on circulait sans plus penser qu'on pouvait être arrêté en si bon chemin, en traversant seulement le jardin, sans imaginer qu'on pourrait couler dans un bras de mer infranchissable, ou même mourir sur le sable.   

sluiss.jpeg

IMGP4813.JPG

C'est là qu'on s'aperçoit qu'on a vieilli et l'appareil photo aussi ! Sur la plage, qui ressemble indifféremment à un tableau de Spillaert (Léon) ou de Van Rysselberghe (Théo), on se dit qu'il n'y a pas que la lumière qui nous joue des tours ! On réalise qu'on ne sera jamais Vincent, autant m'importe le vent. 

IMGP4794.JPG

IMGP4787.JPG

Revient alors l'envie de reprendre l'aquarelle qu'on a abandonnée, on sait désormais pourquoi ! Des photos tu feras, et autant qu'il t'en plaira tu rateras ! Ce fut un vrai plaisir de reprendre l'appareil en main, ce fut une vraie déception de voir la réalité déformée, ce fut un vrai crève-coeur de voir qu'il était vraiment cassé ! Je vous en mets quand même, quelques photos, très étonnantes, pour vous inviter à jouer,  pour apprendre à vous méfier des apparences. Et puis, ce bleu hallucinant, halluciné, qui n'a plus rien de commun avec rien. Parce qu'en 2016, tout peut vraiment arriver !

IMGP4738.JPG

IMGP4744.JPG

spider.jpg

IMGP4836.JPG

Photos garanties sans retouche aucune ! Mais moi, j'aime bien retoucher les mots pour leur donner du sens. Les détourner pour y découvrir une vérité. Sur la dernière photo, on peut lire au fronton de l'église, trois mots gravés. DEUS, un mot qui prend une place démesurée, quel que soit le prénom qu'on lui donne. Il va marquer cette année, et d'autres encore, au long de ce siècle, comme André l'aurait dit. REFUGIUM, un mot qui prend toute sa dimension quand il s'agit d'accueillir toute la misère du monde, et même qu'on n'aura pas fini d'en parler en 2016. NOSTRUM, enfin, un mot qui nous renvoie à ce que nous sommes, tous ensemble, et à notre bien commun, la Terre. Bien sûr, il faut pouvoir décrypter ce message caché ! Lire entre les lignes pour deviner l'avenir qui reste à inventer. Vous avez le champ libre pour être heureux comme vous l'entendez !

Un voeu pour 2016 ? Ce serait bien quand même d'avoir un appareil qui fasse de vraies photos pour vous écrire de vrais textes qui vous raconte de vraies histoires... A propos d'histoire, l'étudiante étudie pour son examen d'Histoire contemporaine. Et je vous assure, ce n'est pas marrant tous les jours. Vivement qu'elle se remette au japonais !  

 

27/10/2014

Maitre

Alors, il y a des fleurs et des oiseaux, une foule sentimentale comme une vague, des femmes très belles, des hommes très laids, des dessins très purs, des salles très sombres, des estampes qui s'estompent dans le noir, de vieux mangas en pagaille, une jeune fille qui se réjouit de décrypter l'écriture japonaise, un artiste qui change six fois de nom, utilise 83 signatures et dit qu'il ne peindra jamais si bien qu'à cent-et-dix ans, âge qu'il n'atteindra jamais ! La perfection n'existe pas... mais la tentation du beau persiste.

photoPAR1.jpg

Place des grands hommes...

HOKUSAI.jpg

... un très grand maître du bleu !

Hokusai-Peonies-and-Canary.jpg

Hokusai était son nom le plus connu,

hokusai-katsushika-sunset_across_the_ryogoku_bridge_from_the_bank_of_the_sumida_river_at_onmagayashi.jpg

...le dessin, son unique passion !
irises.jpg
Iris... mais pas de photos !!!

Alors, sans aller jusqu'à Paris cet hiver, prendre la peine d'acheter un ouvrage qui reproduit ses plus belles oeuvres. Elles sont si fines et si fragiles, si petites aussi, que pour les admirer il faut prendre le temps... et la loupe ! S'amuser à observer l'influence que cet artiste incroyable (1760-1849) a exercé sur les plus grands en Occident. Se demander si, pour vivre plusieurs vies et plus longtemps, il ne faudrait pas changer plus souvent de nom ? 

14:58 Publié dans Art, Peinture | Lien permanent | Commentaires (1)

02/09/2014

Rouge et blanc avec du bleu...

Pas si facile à prendre cette photo-là ! Attendre que la chambre soit évacuée pour accéder à la terrasse. Elle est dédiée à ceux qui croient encore qu'au Nord, il fait bleu tout pareil. Pas du tout ! L'église, il a fallu la nettoyer de tout son gris, puis la repeindre de couleurs vives qui déjà ont terni. Nous aussi, nous avons vieilli. Je n'ai plus du tout la même énergie pour nettoyer et repeindre ! Tellement mal aux mains ! Insidieusement me rappeler que de travailler normalement je suis privée. Et pour forer, un trou à la fois, s'il vous plait, et pas trop haut, et pas trop fort. La fine équipe que voilà ! Le résultat sera ce qu'il sera. Une étagère par-ci, un mur moins gris par-là. Les cloches me rappellent le temps qui passe comme l'horloge de gare désormais fixée, sans sonner, au salon.  

photo54.jpg

Style-Rhénan-Mosan-avec-girouette

Petits cachotiers les curés, derrière l'église,
ils ont installé une école primaire !
Et on entend bien que c'est la rentrée... 
surtout à l'heure de la récré ;-)

07:34 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2014

Imagination...

Aucun vent. Au Sud, la chaleur pesante d'un mois d'août qui écrase tout. Au Nord, les tornades qui détruisent et les pluies qui inondent. Dans le croissant infertile, des massacres. En terre mal-sainte, des massacres. A l'Est, le blocus. A l'Ouest, rien de nouveau. Comme je voudrais être en vacances ! Je ferais une tarte aux mirabelles fondantes avant l'heure. J'irais me promener au frais du musée Calvet qui m'attend depuis si longtemps. J'irais m'étonner des sarcophages égyptiens qui tiennent debout et des toiles de Vernet à la verticale. Je verrais le chapeau du boss et la guitare du maître sur un tableau de Manet. En sortant des halles, avec une poignée d'olives et deux caillettes, je pourrais m'asseoir devant l'auberge de la place-aux-pies. Je pourrais même y prendre des photos. Vous dépeindre la scène. Ou mieux encore, vous la peindre. Ca donnerait ça ...

Place Pie.jpg

En '68 à Avignon, pas de révolution !
Animation sur la place-pie-du-marché.
Ca bavardait beaucoup, même sans réseaux.

DSC_2660.jpg

Femme chrétienne pleurant son mari.
Femme palestinienne pleurant son fils.
Femme israélienne pleurant son frère.
Femme en bleu sauvant le monde.    

07/08/2014

Côté Jardin

Bonne nouvelle, le propriétaire du ballon s'est fait connaître ! Il a rejoint son poste d'avant-centre sur son terrain de jeu habituel, celui de mes heures perdues. Ce sont mes préférées ! Celles où je peux écrire sans arrière pensée. J'ai ouvert la fenêtre sur l'arbre en fleurs. Il abrite les cigales mais peut-être aussi qu'il attire les moustiques qui piquent, qui sait ? Le bleu n'est pas vraiment bleu. Le vent doux ne manque pas d'air, au début du mois d'août, quoi de plus normal ! C'est le moment ou jamais d'arrêter de penser. Se reposer. Ecouter la musique. Trier les photos, qui arrivent de n'importe où et n'importe comment. Après tout...

pompompidou.jpg

Pom-pompidou mais aucun warhol !
Où sont les toiles qui enflamment ? 

14/06/2014

Sunflowers

Où on s'aperçoit que peindre des tournesols n'est pas plus facile que les photographier ! Où on s'aperçoit qu'il y a encore du rangement à faire pour vider l'appartement ! Où on se dit qu'il ne suffit pas de mettre un tournesol dans un vase pour faire tourner le monde plus rond ! Où on apprend que l'étudiante en a fini de sa session très décousue. Et qu'elle a obtenu un 17 en organologie, qui n'est pas l'étude des organes, mais celles des instruments. Du genre koto, ou mandore, ou encore luth à huit cordes, enfin c'est une option ! Après, il y aura le japonais ! Je ne suis pas sûre de pouvoir encore suivre mais on est jamais à l'abri de nouvelles découvertes. L'influence du Japon fut déterminante sur Van Gogh et son influence sur ma fille est indéniable. Il y a de l'art et dollar. Encore faut-il savoir s'ils sont appelés à rimer.

photo13.jpg

Tournesols sur fond de Japon